Chino : The Perfect Cut ?

par greensleevestoaground

A force de passer en revue quotidiennement les blogs, les banques d’images, les anciens magazines, les archives, et j’en passe, on en arrive à certaines conclusions, ou suppositions, sur le style d’une époque grâce aux différents témoignages rencontrés. Et c’est exactement ce qu’il s’est passé pour le chino. En possédant quelques-uns dans mon armoire, je me suis toujours demandé si la longueur ou la largeur étaient les bonnes, si je le portais assez haut sur la taille, ou pas assez. Après la mise à l’épreuve de plusieurs marques, maints ourlets, de multiples demi-tours sur moi-même et une grosse monopolisation du temps précieux de mon miroir, j’ai décidé de redevenir plus masculin. Et Dieu merci, je suis tombé sur cette publicité Camel de 1963 alors que je feuilletais un énième livre sur l’Ivy Look.

Cette coupe de pantalon très populaire de la fin des années 1950 à la fin des 1960’s, communément appelée « feu au plancher » ou « highwater » outre-atlantique, pourrait être ridicule sur n’importe lequel d’entre nous. Mais regardez comme l’ensemble du pantalon vient se poser sur les plis des chaussettes en laine blanche, elles-même enrobées de sneakers en canvas. Ne manque plus qu’un simple polo, une chemise Oxford bleu ciel, ou une chemise chambray pour donner au chino une allure sportswear, décontractée, tout en restant présentable aux beaux-parents. C’est alors que j’ai fait le lien avec d’autres photos de cette même période, et le verdict est sans appel: le khaki drill (l’autre nom du pantalon chino) se porte ajusté à la cheville avec des loafers et même « highwater » avec des sneakers, des tennis ou des desert boots. Pour mettre en valeur mon argumentation de manière certaine, rien de mieux que trois exemples représentatifs: John F. Kennedy, son frère Robert et Steve McQueen. A chacun, ensuite, de se faire sa propre opinion.

Pour jouer au football US, Bob Kennedy, porte le chino ample, bas sur la taille, avec une longueur absolument parfaite à la cheville. C'est le chino classique tels que le portaient les soldats américains pendant la Seconde Guerre. Le blouson G-1 et les sneakers mettent tout le monde d'accord.

Pour John Fitzgerald, le chino est ample et court sur un voilier...

... ou "highwater" et étroit avec des penny loafers.

Et même chez le fiston, JFK Jr., le chino est porté en version habillée, ample, court, bas sur les hanches, avec des chaussettes blanches et tassel loafers.

Et enfin pour terminer, comme souvent sur ce blog, Steve McQueen. Shooté ici sur le lit d'un hôtel new-yorkais par William Claxton. Là aussi, je vous laisse admirer le fitting du pantalon. Qui est sûrement un jean Sta-Prest, d'ailleurs ...

Pour une histoire plus complète du chino, reportez-vous à cet article.