greensleeves to a ground

Mois : juin, 2010

Real 1960’s !

Il est parfois des documents, témoignages rares d’une époque, qui méritent d’être partagés. C’est le cas de cette photo de Georges William Saunders Jr. (col roulé blanc) prise au milieu des années 1960, trouvée un peu par hasard.  Il est accompagné de ses deux frères et de cousins. Mais au-delà de la photo de famille, il faut évidemment s’attarder sur le style atypique de l’ère « Take Ivy« . C’est clairement la « folie madras » ! Quasiment tous les garçons en portent une. Ce tissu léger venu d’Inde a été introduit sur les campus américains par Gant dès le printemps 1964. On est en plein dedans ! Second détail important, les pantalons « high-water » fuselés. Autrement dit  » feu au plancher », trop courts. On n’hésite pas à faire un pli sur les jeans et les chinos.  Passons aux chaussures. Le garçon de gauche, même si la définition de l’image ne permet pas de les distinguer clairement, porte probablement des penny loafers noires. Georges a enfilé une simple paire de Chuck Taylor All-Stars noires, devenues populaires dans les années 1950 grâce à la culture Greaser et plus généralement Rockabilly. Son frère cadet au centre est le plus intéressant : déjà sa chemise madras manches courtes aux couleurs pastels fait son effet, et son jean exagérément trop court laisse apparaître des chaussettes blanches en laine. Aux pieds, il a habilement enfilé les chaussures qui deviendront l’emblème (avec les Topsiders) de la culture Preppy, dès les années 1970 : les Sperry CVO. Le plus jeune, à droite, porte des tennis blanches. Amusant de voir comme le col roulé est porté sous les chemises, qu’elles soient en denim ou madras. Bref, en une photo, on a fait le tour du style d’une époque si chère à GSTAG.

© Georges William Saunders Jr.

Publicités

GSTAG Look #2 : Casual Baseball Night.

Après de nombreux posts consacrés au Preppy, l’envie d’une coupure et d’un retour à mes premières amours s’imposaient : le casual des années 1960. Lorsque l’on parle de ce style et de cette période, on ne veut penser qu’à un seul homme : Steve McQueen. Toujours simple, toujours décontracté, toujours stylé, il a inventé le « cool ». Il n’est pas le seul évidemment, mais lui a donné ses lettres de noblesse au blouson Harrington, au chino fuselé, au sweatshirt ou encore aux Desert Boots. Son attitude aussi est unique et inspire : sportif, passionné d’automobile et de moto, flâneur,  on peut tout aussi bien le voit suer, dans la boue en Barbour Wax Jacket ou se détendre avec sa femme au bord d’une piscine en short en jean. Alors cette série de nouvelles photos  vient ici se présenter comme un véritable hommage : un hommage à son style, un clin d’oeil à La Grande Evasion par le baseball et une preuve que Steve McQueen est, et restera l’homme le plus cool de tous les temps.

Gant de baseball Wilson vintage ; Jeans Levi's 505 vintage.

Harrington Jacket ; Sweatshirt Coton Uniqlo ; Balle de baseball Rawlings.

La force du style casual, c'est d'être simple, intemporel et aux combinaisons illimitées. Ici, en termes de chaussures, on pourrait aussi bien mettre des tennis (comme c'est le cas), des mocassins (penny loafers ou car shoes) ou des Desert Boots.

Le sweatshirt est un must-have du casual/sportswear. Fabriqué dans un coton épais, la couleur idéale est ce gris chiné. Il se porte aussi bien à même la peau qu'avec un T-Shirt blanc col rond ou une chemise Oxford button-down.

Pour plus de photos, rendez-vous évidemment sur http://monsieurlaporte.blogspot.com/.

Photos : © Laurent Laporte.

Un week-end à Deauville (été 1950)

Il m’arrive parfois de déambuler dans un marché aux puces de province. Mais jamais, en ce dimanche nuageux auvergnat, je n’aurais espéré trouver un tel trésor : plus d’une douzaine de numéros du magazine « L’Homme » datés entre 1949 et 1951. Ne cherchez pas les numéros actuels dans votre kiosque, il n’existe plus. Il est décrit comme « Le Journal des Clubs de l’homme » et son rédacteur en chef, Jean Darroux, est « l’une des personnalités les plus célèbres du monde des tailleurs. Il édita de nombreux ouvrages très renommés. Il fut également président de la fédération francaise des tailleurs . », dixit l’ami Julien Scavini, de Stiff Collar. Peu d’informations, pour ne pas dire aucune sur ce journal mensuel. D’après les numéros acquis, il semble avoir été édité sous deux formats : l’un regroupe des planches indépendantes de modèles habillés et dessinés dans une pochette, l’autre a aussi des planches, parfois thématiques, mais sous forme reliée et imprimée sur papier glacé. C’est le cas du numéro qui fera l’objet du premier post, dont je vous fais partager un extrait ici. Ce dernier est daté d’avril 1950 et  l’un des thèmes traités est « Premier week-end à Deauville ». Cela tombe à merveille puisque le week-end prochain sera également mon premier week-end à Deauville de l’année, à l’occasion d’une journée de lancement de marque au Polo Club de Deauville. L’occasion de vérifier si  le niveau de style est toujours aussi élevé que dans les années 1950.

GSTAG Look #1 : Bermuda/Sport Coat

Je suis très heureux de casser un peu le rythme du blog en annonçant cette nouvelle rubrique. Elle présentera, le plus régulièrement possible, différents looks et styles réalisés avec des vêtements et accessoires de ma garde-robe. A la photo, l’ami et excellent blogger de Where Is The Cool , Laurent Laporte. Pour ma part, je servirai de modeste modèle.

Pour notre premier post, nous avons choisi de proposer une alternative originale à vos tenues d’été. L’approche de la saison chaude donne l’envie à tous de s’habiller plus léger, en perdant le minimum de prestance et de confort. Si l’on se fie à différentes photos d’époque, à des ouvrages tels que le Preppy Handbook ou même à des marques telles que Rugby Ralph Lauren, le bermuda est un grand classique du style traditionnel américain. Alors pourquoi ne pas le combiner avec un autre élément indispensable du Trad : le blazer sport (ou sport coat).

Oxford Button-Down Shirt Uniqlo / Vintage Light Wool Sportcoat Miller / Bermuda COS / G.H. Bass penny loafers / Polo Ralph Lauren Ribbon Belt.

L’ensemble bermuda/blazer se portera à merveille avec une chemise button-down et une cravate club pour vos garden parties ou avec un polo, pour vous rendre à une partie de tennis ou près de votre voilier. Au final, on a une combinaison très Week-end à Nantucket qui donnera à n’importe quel homme un air  infiniment décomplexé et décontracté.

The Official Preppy Handbook by Lisa Birnbach / Seiko "Desert Sand" Military Watch

Pour le bermuda, on préfèrera une matière chino, du coton madras et pourquoi pas un seersucker. La couleur n’a pas ou peu d’importance : beige, vert, navy, rouge nantucket, rose… Allons-même jusqu’à  l’embroidered bermuda, si dans nos veines, coule du sang preppy diplômé de Yale. Il peut être porté légèrement retroussé pour une allure plus élancée. Le blazer doit impérativement être à deux boutons et d’une longueur raisonnable pour ne pas dépasser la moitié de celle du bermuda.

Polo Ralph Lauren Club Tie