greensleeves to a ground

Ralph Lauren sur son 32.

Ben ouais, à force de nous en mettre plein la vue, à un moment un RL se met bien plus que sur son 31. Et peut-être même que la prochaine fois, je mettrai 33 si ça continue. Héritage sportswear, mix des cultures, bon-chic-bon-genre-mais-surtout-bon-chic, Ralph Lauren définit l’Homme moderne par son histoire et son intemporalité. Ca tout le monde le sait. Ce que l’on sait moins, c’est que derrière chaque campagne, dont chaque photo est l’équivalent inspirationnel contemporain d’une illustration de Leyendecker, se cache évidemment un photographe – non, en fait c’est logique, donc vous le saviez aussi. L’un d’entre eux est Arnaldo Anaya-Lucca, en contrat depuis longtemps avec la RL Corporation et donc auteur de la plupart des campagnes de ces dernières années. Avec son oeil, son stylisme coloré et ses choix de lieux parfaits, il met en vit le lifestyle Ralph Lauren, gardant l’essence même de la marque, sobre mais distinguée. Et ce n’est pas cet éditorial réalisé pour le magazine ODDA avec Alex Loomans (modèle récurrent de RL) qui dérogera à la règle : cols ronds blancs, costumes croisés ou trois-pièces, veste safari, chemise à motif, blouson en croco, pantalons à pince, c’est propre, très propre… Mais pas trop, pour que vous puissiez vous dire qu’en fait, vous pourriez porter tout ça tel quel dans la vraie vie. On se revoit à mon retour d’Italie. Plein de smileys qui font des bisous à tous.

alex-loomans-odda-editorial-001 alex-loomans-odda-editorial-002 alex-loomans-odda-editorial-003 alex-loomans-odda-editorial-004 alex-loomans-odda-editorial-005 alex-loomans-odda-editorial-006 alex-loomans-odda-editorial-007 alex-loomans-odda-editorial-008 alex-loomans-odda-editorial-009

GSTAG now on Facebook !

The Haunted Ballroom

L’Inde des années 1910 dans une boite à chaussures.

L’avantage de poster peu, c’est que le saut entre chaque article crée un véritable choc : le dernier vous menait au sommet du Kilimandjaro, armé de votre équipement d’alpiniste et aujourd’hui, vous vous retrouvez dans la chaleur insoutenable de l’Inde anglaise (British Raj), armé de votre costume en lin blanc cassé. Comme vous le savez, je porte un intérêt particulier à la vie coloniale : non par nostalgie de ces temps discutables sur le plan des inégalités colonisateurs / colonisés, mais plus parce qu’elle a apporté son lot d’innovations sur le plan vestimentaire. En effet, le riche marchand de thé occidental qui débarque dans ces pays tropicaux, chauds et humides doit vite se tourner vers des matières légères, produites sur place, aux coupes amples et décontractées et dans des couleurs claires qui, généralement, ne vont pas au-delà du blanc et du beige. Et chez GSTAG, c’est ce que l’on appelle du sportswear pur. Alors lorsque j’ai eu vent de ces photos (178 en tout) retrouvées par hasard à Édimbourg en 2011, emballées dans un journal de 1914, lui-même dissimulé dans une boite à chaussure de slip-ons poussiéreuse, je n’ai pu m’empêcher de les partager avec les quelques lecteurs fidèles qu’il me reste. De la visite du Roi George V et de sa Reine Marie en 1912 à une partie de tennis privée, en passant par des scènes de vie quotidienne à Calcutta, Orissa, Madras et Darjeeling, bienvenue dans l’Inde coloniale des années 1910 !

old1

old2

old3

old4

old5

old6

old7

old8

old10

old11

old12

old13

old14

old16

old17

old18

old20

old21old22

old23

rare-100-year-old-photos-india-british-raj-era

rare-100-year-old-photos-india-british-raj-era-1

rare-100-year-old-photos-india-british-raj-era-2

rare-100-year-old-photos-india-british-raj-era-3

All the pictures : courtesy of RCAHMS (Royal Commission on the Ancient and Historical Monuments of Scotland)

Les Neiges du Kilimandjaro.

Est-ce que Pascal Danel a pensé à ces hommes dont il va être question aujourd’hui en écrivant son plus gros tube en 1966? Quelque part, et vous serez en majorité d’accord avec moi, on s’en fout. Cela n’a effectivement pas empêché John Cooke et deux acolytes, Anton « Ax » Nelson et David Goodall, de se lancer dans la première ascension du Kilimandjaro par le Heim Glacier en 1957. Côtée III+ (pour ceux qui s’y connaissent, c’est pas la mer à boire), l’ascension a au moins le mérite d’avoir été rapportée dans les détails et de manière passionnée par Cooke, britannique expatrié à Moshi, Tanzanie, dans les années 1950, dans son ouvrage One White Man In Black Africa. A travers ses photos d’époque et ses textes partagés sur le site de la Northern Tanzania par le fils d’Ax Nelson, nous revivons l’une des centaines d’aventures alpines que les années 50 ont rendues possibles, avec toute la sape technique et sportswear qui nous intéresse, dans le paysage qui a inspiré nombre d’ouvrages du grand Ernest Hemingway. « Il voit là-bas dans le lointain, les neiges du Kilimandjaro »… Eh ouais Pascal, John l’a vue, lui, la neige du Kili’. Pas toi. Alors, chausse tes crampons, assure ta cordée et profite de la vue.

Photo du Heim Glacier prise par Ax Nelson 3 ans après sa première ascension en 1957. C'est ici que Cooke, Nelson et Goodall ont vécu leur grande aventure. Depuis, la moitié de sa glace a fondu. Le glacier aura disparu d'ici 2040.

Photo du Heim Glacier prise par Ax Nelson en 1960. C’est ici que, 3 ans auparavant,  il a réalisé la première ascension du Kilimandjaro par cette route avec Cooke et Goodall. Depuis, la moitié du glacier a fondu. Il aura complètement disparu d’ici 2040.

De gauche à droite: John Cooke, David "Dave" Goodall et Anton "Ax" Nelson avec leurs porteurs et leur équipement, en route vers le Kibo, l'un des trois sommets volcaniques du Kilimandjaro.

De gauche à droite: John Cooke, David « Dave » Goodall et Anton « Ax » Nelson avec leurs porteurs et leur équipement, à Machame, en route vers le Kibo, l’un des trois sommets volcaniques du Kilimandjaro culminant à 5895m.

Dave Goodall (au premier plan), britannique très réservé et mystérieux, ancien para de la RAF était un officier d'agriculture au Kenya. Malgré cette description qu'il en donne, John Cooke (au second plan) lui devra la vie. La photo a été prise par Ax Nelson.

Dave Goodall (au premier plan avec son équipement bariolé), britannique très réservé et mystérieux, ancien para de la RAF, était un officier d’agriculture au Kenya. Malgré cette description qu’il en donne, John Cooke (au second plan) lui devra la vie ce jour-là. La photo a été prise par Ax Nelson.

Après pas mal de péripéties, dont une qui a failli coûter la vie à Cooke,  Ax installe le camp à mi-chemin. Anton "Ax" Nelson était décrit par Cooke comme un alpiniste incroyablement expérimenté faisant parti des pionniers des ascensions des faces verticales du Yosemite.  Lorsque Cooke le contacte pour l'ascension du Kibo par le Heim, il est en mission pour l'ONU dans le cas agricole du Meru.

Après pas mal de péripéties, dont une qui a failli coûter la vie à Cooke, Ax installe le camp à mi-chemin. Anton « Ax » Nelson était décrit par Cooke comme un alpiniste incroyablement expérimenté faisant parti des pionniers des ascensions des faces verticales du Yosemite. Lorsque Cooke le contacte pour l’ascension du Kibo par le Heim, il est en mission pour l’ONU dans le cas agricole du Meru.

John et Dave approchant du sommet du Kibo, pris en photo par Nelson.

John et Dave approchant du sommet du Kibo, pris en photo par Nelson.

Ax Nelson, john Cooke et Dave Goodall sur le toit du continent africain: le fameux Uhuru Peak du Kibo, sur le Kilimandjaro. On peut enfin admirer l'équipement des trois pionniers, notamment les vestes camouflage des deux britanniques ou l'outfit à poches frontales d'Ax Nelson, à gauche. La femme de l'auteur vint les récupérer après leur descente. L'auteur ne revit jamais David Goodall. En revanche, il fit l'ascension du Oldoinyo Lengai avec Ax Nelson qui s'installera plus tard en Californie.

Ax Nelson, John Cooke et Dave Goodall sur le toit du continent africain : le fameux Uhuru Peak du Kibo, sur le Kilimandjaro. On peut enfin admirer l’équipement des trois pionniers, notamment les vestes camouflage des deux britanniques ou l’outfit à poches frontales d’Ax Nelson, à gauche. La femme de l’auteur vint les récupérer après leur descente. L’auteur ne revit jamais David Goodall. En revanche, il fit l’ascension de l’Oldoinyo Lengai avec Ax Nelson, qui s’installera plus tard en Californie.

Et un très grand merci à Christopher Nelson pour avoir partagé les photos de son père !

GSTAG now on Facebook !

The Haunted Ballroom

Viens voir les musiciens !

Ouais ouais ouais, ferme-la Dave! Ouais, je sais, c’est Aznavour, mais j’peux encore faire des vannes, non? En tout cas, Charles, laisse les gens savourer en silence cet article qu’ils n’attendaient plus. Article dans lequel je vais pouvoir enfin mixer mes deux passions : la musique et le style. On est au milieu des années 1910 aux États-Unis. Le jazz pointe le bout de son nez : il verra d’ailleurs officiellement le jour en 1915 avec la sortie de Jelly Roll Blues par Jelly Roll Morton, premier enregistrement jazz de tous les temps. Les gramophones se multiplient dans les foyers des classes moyennes et bourgeoises. On y laisse tourner les vinyles de Columbia Records, les rags d’Irving Berlin, la chanson de protestation I Didn’t Raise My Boy To Be A Soldier de Morton Harvey ou encore l’épique Ritual Fire Dance de Manuel De Falla. Et c’est ce dernier qui nous amène au registre classique qui, à l’époque, est dominé par Debussy, Reger, Ravel, Satie, Stravinsky, Villa-Lobos, Bartók, Enescu, … Bref, tous les grands noms de la musique classique du 20e siècle.

Ce ne sont pas les compositeurs que je vous présente aujourd’hui dans cette série de photos, mais les interprètes de cette musique qui s’imprime de plus en plus sur ces disques noirs de vinyle et qui s’exporte à travers le monde, pour le plus grand plaisir de la démocratie culturelle. Pablo Casals est parmi eux, tout comme le grand Caruso, mais également des artistes moins connus de nos jours, mais qui eurent leur heure de gloire peu avant les années folles, avant d’être fondus dans la chaleur frénétique du jazz. Une fois de plus, merci à la Library Of Congress pour ces photos rares, qui nous permettent de découvrir le visage et le style de ces mecs cools et alternatifs des 1910’s.

L'intitulé de la photo indique seulement "Alphonse". Il pourrait s'agir de l'organiste et pianiste québécois Alphonse Martin. mais rien de moins sûr.

L’intitulé de la photo indique seulement « Alphonse ». Il pourrait s’agir de l’organiste et pianiste québécois Alphonse Martin. mais rien de moins sûr.

David Bispham (1857-1921) est le premier baryton américain à être reconnu sur la scène internationale, grâce à son interprétation notable de Tristan Und Isolde de Wagner, sous la direction de Gustav Mahler à Covent Garden, en 1892.

David Bispham (1857-1921) est le premier baryton américain à être reconnu sur la scène internationale, grâce à son interprétation notable de Tristan Und Isolde de Wagner, sous la direction de Gustav Mahler à Covent Garden, en 1892.

D'origine russe, Efrem Zimbalist (1889-1985), comme son nom ne l'indique pas, était un violoniste, chef d'orchestre et compositeur qui, en 1915, jouait pour l'Orchestre Symphonique de Boston. Il est le mari de la soprano américaine Alma Gluck, avec laquelle il tournera énormément jusqu'en 1938.

D’origine russe, Efrem Zimbalist (1889-1985), comme son nom ne l’indique pas, était un violoniste, chef d’orchestre et compositeur qui, en 1915, jouait pour l’Orchestre Symphonique de Boston. Il est le mari de la soprano américaine Alma Gluck, avec laquelle il tournera énormément jusqu’en 1938.

Le voilà, le grand Enrico Caruso (1873-1921), ténor napolitain considéré par beaucoup comme le meilleur de tous les temps. En 1902, il enregistre déjà sur gramophone, ce qui lui permet de devenir une vedette internationale. Ici en tournée aux États-Unis, il affiche sa classe aussi légendaire que sa capacité à fumer comme un pompier. Pourtant, ce n'est pas la cigarette, mais un attentat à la bombe qui l'emportera prématurément en 1921.

Le voilà, le grand Enrico Caruso (1873-1921), ténor napolitain considéré par beaucoup comme le meilleur de tous les temps. En 1902, il enregistre déjà sur gramophone, ce qui lui permet de devenir une vedette internationale. Ici en tournée aux États-Unis, il affiche sa classe aussi légendaire que sa capacité à fumer comme un pompier. Pourtant, ce n’est pas la cigarette, mais un attentat à la bombe qui l’emportera prématurément en 1921.

Connu pour son vibrato incroyablement marqué et sa technique légère, le violoniste autrichien Fritz Kreisler, sur cette photo, revient certainement de la Grande Guerre. Guerre où il a été blessé et rendu à la vie civile. Ce qui n'entâche aucunement sa célébrité grandissant depuis 1910.

Connu pour son vibrato incroyablement marqué et sa technique légère, le violoniste autrichien Fritz Kreisler (1875-1962), sur cette photo, revient certainement de la Grande Guerre. Guerre où il a été blessé et rendu à la vie civile. Ce qui n’entâche aucunement sa célébrité grandissant depuis 1910.

Bordelais d'origine, le jeune Georges Barrère (1876-1944) s'illustre à 17 ans en réalisant l'ouverture superbe de la première  du Prélude à l'Après-Midi d'un Faune de Debussy. Onze ans plus tard, il s'installe définitivement aux États-Unis où il fondera le Barrère Ensemble of Wind Instruments et le Little Symphony chamber orchestra.

Bordelais d’origine, le jeune Georges Barrère (1876-1944) s’illustre à 17 ans en réalisant l’ouverture superbe de la première du Prélude à l’Après-Midi d’un Faune de Debussy. Onze ans plus tard, il s’installe définitivement aux États-Unis où il fondera le Barrère Ensemble of Wind Instruments et le Little Symphony chamber orchestra.

Le chef d'orchestre George Siemonn et la soprano colorature du Metropolitan Opera.

Le chef d’orchestre George Siemonn et la soprano colorature du Metropolitan Opera, Mabel Garrison.

Ignacy Paderewski (1860-1941) ne fut pas seulement un excellent pianiste polonais, mais également un homme politique très actif et défenseur d'une Pologne libre et indépendante. Ici à New-York vers 1915-1920, accompagné de sa seconde épouse.

Ignacy Paderewski (1860-1941) ne fut pas seulement un excellent pianiste polonais, mais également un homme politique très actif et défenseur d’une Pologne libre et indépendante. Ici à New-York en tenue d’hiver vers 1915-1920, accompagné de sa seconde épouse.

Né en 1882, John Powell fut un éminent pianiste américain, mais également un promoteur de musique populaire, en fondant l'un des premiers festivals de folk aux États-Unis: le White Top Folk Festival, qui se déroula de 1931 à 1939 dans les Appalaches.

Né en 1882, John Powell fut un éminent pianiste américain, mais également un promoteur de musique populaire, en fondant l’un des premiers festivals de folk aux États-Unis: le White Top Folk Festival, qui se déroula de 1931 à 1939 dans les Appalaches.

Enfant prodige, élève de Rubinstein, Josef Hofmann est encore l'un de ces polonais musiciens dont les américains sont friands pour leurs concerts du samedi soir, notamment au Metropolitan Opera. Il fut l'un des pionniers de l'enregistrement sur disque grâce aux inventions d'Edison début XXe, et inventera même par la suite des mécanismes pour le piano et l'industrie automobile. Ouais, le mec touche un peu.

Enfant prodige, élève de Rubinstein, Josef Hofmann (1876-1957) est encore l’un de ces polonais musiciens dont les américains sont friands pour leurs concerts du samedi soir, notamment au Metropolitan Opera. Il fut l’un des pionniers de l’enregistrement sur disque grâce aux inventions d’Edison début XXe, et inventera même par la suite des mécanismes pour le piano et l’industrie automobile. Ouais, le mec touche un peu.

Encore un Josef, mais pas un Polonais. Non, un tchèque. Josef Stransky (1872-1936), ici avec son magnifique trois-pièces de concert, est à ce moment chef d'orchestre du Philarmonique de New-York. Il occupera ce poste jusqu'en 1923 avant de se consacrer intégralement à l'art, dont il sera un important marchand et collectionneur, spécialisé dans la Période Rose de Picasso.

Encore un Josef, mais pas un Polonais. Non, un tchèque. Josef Stransky (1872-1936), ici avec son magnifique trois-pièces de concert, est à ce moment chef d’orchestre du Philarmonique de New-York. Il occupera ce poste jusqu’en 1923 avant de se consacrer intégralement à l’art, dont il sera un important marchand et collectionneur, spécialisé dans la Période Rose de Picasso.

Joseph Knecht, directeur et chef de l'orchestre de l'hôtel Waldorf-Astoria de 1908 à 1925.

Joseph Knecht, directeur et chef de l’orchestre de l’hôtel Waldorf-Astoria de 1908 à 1925.

Le quatuor (Fritz) Kreisler, (Harold) Bauer, (Walter) Damrosch, (Pablo) Casals.

Le quatuor (Fritz) Kreisler, (Harold) Bauer, (Walter) Damrosch, (Pablo) Casals.

L'Anglais Louis Graveure au tout début de sa carrière de bariton aux États-Unis. À cette époque, il se produit sous ce nom, mais aussi sous son véritable nom Wilfrid Douthitt, jetant le doute chez les journalistes qui lui donnent le surnom et excellent nom de scène "The Mystery Man". Aussi doué pour le chant que pour le jeu d'acteur, il apparaîtra dans quelques films dans les années 1930 et se mariera à la jolie Camilla Horn.

L’Anglais Louis Graveure au tout début de sa carrière de bariton aux États-Unis. À cette époque, il se produit sous ce nom, mais aussi sous son véritable nom Wilfrid Douthitt, jetant le doute chez les journalistes qui lui donnent le surnom et excellent nom de scène « The Mystery Man ». Aussi doué pour le chant que pour le jeu d’acteur, il apparaîtra dans quelques films dans les années 1930 et se mariera à la jolie Camilla Horn.

Mischa Elman (1891-1967) fut certainement le plus grand violoniste de son temps. Il joue Paganini à 11 ans, il joue avec l'Orchestre Colonne quelques années plus tard et à 25/26 ans (âge qu'il a sur cette photo), il tourne à 107 représentations par an. Il est encore de nos jours reconnu pour son style passionné et un son proche de la perfection. Un technicien avec des sentiments.

Mischa Elman (1891-1967) fut certainement le plus grand violoniste de son temps. Il joue Paganini à 11 ans, il joue avec l’Orchestre Colonne quelques années plus tard et à 25/26 ans (âge qu’il a sur cette photo), il tourne à 107 représentations par an. Il est encore de nos jours reconnu pour son style passionné et un son proche de la perfection. Un technicien avec des sentiments.

Le voilà le grand Pablo Casals (1876-1973), avec sa clope et son violoncelle. Quasiment inconnu avec des cheveux, il a vécu la plus grande partie de deux siècles incroyables pour la musique. Il a participé dès le début du XXe à la redécouverte de Bach et a contribué à remettre son instrument sur le devant de la scène, grâce à sa passion acharnée. Passion qu'il utilisera également pour s'opposer à Franco et aux dictatures en général. Il est même proposé au prix Nobel de la paix en 1958. Écouter Pablo Casals, encore aujourd'hui, c'est remonter aux sources de la musique et de ses émotions. Et en plus, il a un putain de style, presque le même nom que moi et une calvitie marquée, comme moi. Vous croyez que c'est un signe?

Le voilà le grand Pablo Casals (1876-1973), avec sa clope et son violoncelle. Quasiment inconnu avec des cheveux, il a vécu la plus grande partie de deux siècles incroyables pour la musique. Il a participé dès le début du XXe à la redécouverte de Bach et a contribué à remettre son instrument sur le devant de la scène, grâce à sa passion acharnée. Passion qu’il utilisera également pour s’opposer à Franco et aux dictatures en général. Il est même proposé au prix Nobel de la paix en 1958. Écouter Pablo Casals, encore aujourd’hui, c’est remonter aux sources de la musique et de ses émotions. Et en plus, il a un putain de style, presque le même nom que moi et une calvitie marquée, comme moi. Vous croyez que c’est un signe?

On finit par une autre star de l'époque: le baryton américain Reinald Werrenrath (1883-1953). Il enregistre dès 1907 pour Edison Records et la Victor Talking Machine Company et débute au Metropolitan Opera en 1919 dans Pagliacci de Leoncavallo aux côtés de Caruso. C'est probablement pendant cette période de gloire qu'a été prise cette photo de Reinald dans sa superbe robe de chambre, comme on les portait à l'époque en intérieur, par dessus son costume.

On finit par une autre star de l’époque: le baryton américain Reinald Werrenrath (1883-1953). Il enregistre dès 1907 pour Edison Records et la Victor Talking Machine Company et débute au Metropolitan Opera en 1919 dans Pagliacci de Leoncavallo aux côtés de Caruso. C’est probablement pendant cette période de gloire qu’a été prise cette photo de Reinald dans sa superbe robe de chambre, comme on les portait à l’époque en intérieur, par dessus son costume.

GSTAG now on Facebook !

The Haunted Ballroom

Ralph Lauren, les femmes et le Safari.

On a beau se réjouir du retour des jours plus frais, condition essentielle à un layering créatif qui tend à rentabiliser quelques mois par an votre garderobe, la chaleur de l’été finit irrémédiablement par nous manquer. Ses lins, ses cotons blancs, ses cheveux mal séchés, l’été est la saison du naturel, de la décontraction : les manches se retroussent, les épaules tombent et les cols s’ouvrent. C’est pourquoi chez GSTAG, à l’approche des premières gelées, on se fait un plaisir de voyager dans le temps et dans le « temps », non pas de quelques mois, mais de 30 ans, à une époque où le safari de l’Afrique Coloniale des années 1920 renaissait sous les clichés splendides et essentiellement féminins de Bruce Weber. En effet, quoi de mieux qu’une femme pour magnifier cette pureté du lin blanc au milieu de cette brousse au soleil brûlant ? Cette collection de l’été 1984 (pour les sept premières photos, les autres étant issues d’autres collections entre 1985 et 1990) nous rappelle même Karen Blixen dans Out Of Africa, qui sortira étonnamment un an plus tard avec une direction de la photographie très semblable… Ralph, mon héros.

post-36986-1322422129

post-36986-1322422146

Ralph-Lauren-Polo-Campaign-SS-1984-Jane-Gil-C-011117

Ralph-Lauren-Polo-Campaign-SS-1984-Jane-Gil-C-031183

Ralph-Lauren-Polo-Campaign-SS-1984-Jane-Gil-C-043116

Ralph-Lauren-Polo-Campaign-SS-1984-Jane-Gil-C-0216814

josie-borain-by-bruce-weber-ralph-lauren-campaign-1984-e1365188358327

0x600-1

0x600

journeys_04

 

02

199011LaurenSafariTravelNye1of2

ralph-lauren-safari

GSTAG now on Facebook !

The Haunted Ballroom

Leslie Ward : le « Spy » du Vanity Fair anglais.

Tout le monde connaît Vanity Fair, surtout depuis que sa formule française a été reprise par Denisot (c’est triste mais c’est comme ça), mais moi je vous parle de la version Anglaise d’il y a 100 ans. Leslie Ward, l’homme qui a aujourd’hui le droit à un hommage posthume, connu sous les pseudonymes « Spy » et « Drawl », s’est très vite fait une spécialité dans la caricature : déjà à Eton, il caricaturait sa famille et ses camarades, ce qui lui vaudra d’être exposé à la Royal Academy en 1867, à peine âgé de 16 ans. Après avoir passé une année malheureuse dans une école d’architecture, il décide de se lancer une bonne fois pour toutes, et envoie ses dessins au fondateur du Vanity Fair anglais, Thomas Gibson Bowles. Avec son coup de crayon acéré, son oeil implacable et son amour du détail vestimentaire, Spy va livrer, entre 1873 et 1911, 1325 caricatures parfaites d’hommes politiques, de sportifs, de militaires et de personnalités en tout genre. À 300 ou 400 pounds le portrait, je vous laisse imaginer la rentabilité du crayon de papier de Ward. Sur ses 40 ans de travail pour le magazine, plus de la moitié des illustrations sorties sur cette péridode sont signées de ces pseudos. Ce qui lui vaudra d’être ordonné chevalier de la Couronne en 1918.

Vous êtes forcément déjà tombé sur l’un de ses dessins en cherchant l’inspiration sportswear du début du siècle précédent, comme je l’ai fait moi-même. Alors c’était le moment de vous les faire découvrir ou redécouvrir. D’ailleurs si quelqu’un a un peu de pognon, je suis prêt à m’associer avec lui pour créer une ligne vestimentaire inspirée par le travail de Ward. À bon entendeur, salut. Les sourds aussi, salut. Pardon.

George Osborne, Duc de Leeds, 1er août 1906.

George Osborne, Duc de Leeds, 1er août 1906.

George Rowland Hill, secrétaire et futur président de la Rugby Football Union, 1er février 1890.

George Rowland Hill, secrétaire et futur président de la Rugby Football Union, 1er février 1890.

Wilfrid Hubert Chapman, rameur de Trinity College, Cambridge, 2 avril 1903.

Wilfrid Hubert Chapman, rameur de Trinity College, Cambridge, 2 avril 1903.

Pelham F. Warner, le "Grand Old Man" du cricket anglais, 3 septembre 1903.

Pelham F. Warner, le « Grand Old Man » du cricket anglais, 3 septembre 1903.

Le Major Eustace Loder, propriétaire de chevaux de course, 5 septembre 1906.

Le Major Eustace Loder, propriétaire de chevaux de course, 5 septembre 1906.

Dunbar Pluket Barton, homme politique irlandais, 7 avril 1898.

Dunbar Pluket Barton, homme politique irlandais, 7 avril 1898.

Henry Searle, rameur australien champion du monde 1888, 7 septembre 1889.

Henry Searle, rameur australien champion du monde 1888, 7 septembre 1889.

Douglas Hamilton McLean, rameur et joueur de cricket australien, 8 avril 1897.

Douglas Hamilton McLean, rameur et joueur de cricket australien, 8 avril 1897.

Le Colonel Francis William Rhodes, frère du magnat Cecil Rhodes, 8 juin 1999.

Le Colonel Francis William Rhodes, frère du magnat Cecil Rhodes, 8 juin 1999.

Sir Peter Carlaw Walker, baronnet anglais, 8 juin 1905.

Sir Peter Carlaw Walker, baronnet anglais, 8 juin 1905.

Abe Bailey, magnat du diamant et joueur de cricket sud-africain, 9 sept 1908.

Abe Bailey, magnat du diamant et joueur de cricket sud-africain, 9 sept 1908.

Edward Guiness, Comte d'Iveagh et entrepreneur irlandais à la tête de Guiness, 11 juillet 1891.

Edward Guiness, Comte d’Iveagh et entrepreneur irlandais à la tête de Guiness, 11 juillet 1891.

Sir John Frederick Bridge, organiste et compositeur anglais, 14 avril 1904.

Sir John Frederick Bridge, organiste et compositeur anglais, 14 avril 1904.

William Arthur Hamar Bass, propriétaire anglais de chevaux de course, 14 spetembre 1905.

William Arthur Hamar Bass, propriétaire anglais de chevaux de course, 14 spetembre 1905.

Le Colonel Rudol Anton Carl Von Slatin, soldat austro-anglais et administrateur au Soudan, 15 juin 1899.

Le Colonel Rudol Anton Carl Von Slatin, soldat austro-anglais et administrateur au Soudan, 15 juin 1899.

Frederick George Jackson, explorateur anglais de l'Arctique, 16 décembre 1897.

Frederick George Jackson, explorateur anglais de l’Arctique, 16 décembre 1897.

Alfred Chichele Plowden,  magistrat de police et écrivain, 16 décembre 1908.

Alfred Chichele Plowden, magistrat de police et écrivain, 16 décembre 1908.

Louis de Battenberg, prince allemand et Amiral de la Flotte dans la Royal Navy, 16 février 1905.

Louis de Battenberg, prince allemand et Amiral de la Flotte dans la Royal Navy, 16 février 1905.

Henry Reginald Corbet, 20 octobre 1883.

Henry Reginald Corbet, 20 octobre 1883.

William Black, 21 février 1891.

William Black, 21 février 1891.

Charles Thurston Fogg-Elliot, rameur pour Trinity College, Cambridge, 22 mars 1894.

Charles Thurston Fogg-Elliot, rameur pour Trinity College, Cambridge, 22 mars 1894.

Le Duc de Marlborough, soldat et homme politique anglais, 22 septembre 1898.

Le Duc de Marlborough, soldat et homme politique anglais, 22 septembre 1898.

Arthur Coventry, jockey anglais, 13 février 1884.

Arthur Coventry, jockey anglais, 13 février 1884.

Harcourt Gilbey Gold, premier rameur à avoir été ordonné Chevalier, 23 mars 1899.

Harcourt Gilbey Gold, premier rameur à avoir été ordonné Chevalier, 23 mars 1899.

Gerald William Lascelles, 23 septembre 1897.

Gerald William Lascelles, 23 septembre 1897.

Le Capitaine Wentworth William Hope Johnstone, jockey anglais, 25 mars 1897.

Le Capitaine Wentworth William Hope Johnstone, jockey anglais, 25 mars 1897.

W. Fitzherbert, rameur (anglais?), 26 mars 1886.

W. Fitzherbert, rameur (anglais?), 26 mars 1886.

Sir John Ormerod Scarlett Thursby, baronnet anglais, 28 août 1907.

Sir John Ormerod Scarlett Thursby, baronnet anglais, 28 août 1907.

Charles Sydney Goldman, businessman, auteur et journaliste anglais, 28 janvier 1904.

Charles Sydney Goldman, businessman, auteur et journaliste anglais, 28 janvier 1904.

Charles Murray Pitman, rameur de New College, Oxford, 28 mars 1895.

Charles Murray Pitman, rameur de New College, Oxford, 28 mars 1895.

 

GSTAG now on Facebook !

The Haunted Ballroom

Le retour du Rowing Blazer.

Vous aviez été nombreux (quatre en tout…) à me poser pas mal de questions sur les Rowing Blazers lors de précédents articles sur la Henley Regatta et sur une trouvaille Ebay. Eh bien voici votre curiosité satisfaite grâce au premier livre de Jack Carlson, qui a ramé pour Oxford et l’équipe des États-Unis. Autant vous dire que le gars s’y connaît dans ce domaine qui a donné naissance à de nombreuses tendances sportswear et stylistiques encore en vigueur. Grâce à de superbes photos signées F.E. Castleberry d’Unabashedly Prep, inspirées des illustrations de Leslie Matthew Ward « Spy », vous allez tout apprendre sur ces blazers aux couleurs folles qui ne sont en fait que l’ancêtre des vestes de jogging ; leur but étant de garder au chaud nos valeureux sportifs tout en arborant les couleurs de leur équipe.

GSTAG now on Facebook !

The Haunted Ballroom

Mesdames : faites-vous belles pour voyager !

Ce titre peut peut-être vous sembler couler de source, mais si vous passez du temps dans les aéroports et observez les claquettes, shorts multipoches et débardeurs fluo, vous allez vite vous rendre compte qu’il sonne en fait comme une phrase révolutionnaire. Certes, les femmes ne sont pas forcément à l’honneur sur GSTAG, mais cela ne veut pas dire qu’elles n’y ont pas leur place. Surtout lorsque Ralph Lauren, du haut de ses 74 ans, nous sert une collection Femme Resort* 2015 incroyablement raffraichissante qui nous rappelle à quel point nous avons perdu certains éléments de savoir-vivre que l’on entretenait avec application des années 1920 aux années 1950. Le styliste new-yorkais remet l’art de s’habiller pour voyager au goût du jour et ce n’est pas pour me déplaire : matières légères, volantes et virevoltantes qui swinguent au gré de la petite brise du tarmac et palette de couleur limitée au bleu et blanc avec une touche d’or par-ci par-là. Pour nous rappeler à quel point la femme, même légère, est à considérer comme un être précieux, symbole de grâce et de beauté, auquel le grand Ralph rend ici un bien bel hommage.

Ralph_Lauren_002_1366.450x675 Ralph_Lauren_003_1366.450x675 Ralph_Lauren_004_1366.450x675 Ralph_Lauren_006_1366.450x675 Ralph_Lauren_008_1366.450x675 Ralph_Lauren_012_1366.450x675 Ralph_Lauren_016_1366.450x675 Ralph_Lauren_017_1366.450x675 Ralph_Lauren_018_1366.450x675 Ralph_Lauren_019_1366.450x675 Ralph_Lauren_020_1366.450x675

* Pour ceux qui ne le savent pas (comme c’était le cas pour moi), les collections Resort ou Cruise (collections croisières en français) sont des collections de prêt-à-porter d’intersaison conçues à l’origine pour les riches voyageurs qui pouvaient s’offrir ddes voyages exotiques en plein mois d’hiver. Peu de maisons les proposent, mais vous pouvez être sûr d’y retrouver chaque année les couturiers traditionnels tels que Vuitton, Chanel, Dior ou Ralph Lauren.

GSTAG now on Facebook !

The Haunted Ballroom

GSTAG sur WITC.

C’est enfin fait, après l’attente longue et douloureuse de Laurent de Where Is The Cool, il a enfin reçu les photos qui représentaient le plus ce que GSTAG aime, autrement dit moi. Oui je suis lent et son intro le rappelle à juste titre. Ce qui m’inspire, ce qui me remplit le bide, ce qui satisfait mes envies shopping, ce qui m’habille, ce qui m’excite les papilles, ce qui occupe mes dimanche après-midi… Quasiment tout y est. Et je remercie grandement ce blogger et ami de longue date pour ce clin d’oeil. Alors si vous voulez en savoir plus sur cette personne qui est assez insolente pour vous livrer un article par mois, voire moins, alors c’est le moment de vous rendre à cette adresse. Pas à vélo hein (comme le ferait les amis de Redingote Express), mais en cliquant dessus :

GSTAG vu par WITC.

JFK à Hyannis, 1963.

C’était son anniversaire hier, et celui de ma mère aujourd’hui pour ceux que ça intéresse. John F. Kennedy aurait eu 97 ans aujourd’hui et serait certainement mort de vieillesse. Alors quelque part, cet anniversaire est juste un prétexte pour poster cette vidéo en excellente qualité de John et sa famille profitant du golf, de leur bateau et de la verdure à Hyannis, Massachussets. Bien sûr, il fallait du blé pour entretenir la demeure des Kennedy dans la rue principale du village situé au Cap Cod, mais cette décontraction, cette simplicité et cette intimité offertes par ces images nous laissent en droit de penser qu’avant d’être un grand président américain, JFK était avant tout un grand homme, un bon homme et chose rare chez les politiques, un homme de son temps. On est en juillet 1963. Joyeux anniversaire, Maman.

GSTAG now on Facebook !

The Haunted Ballroom

Suivre

Recevez les nouvelles publications par mail.

Rejoignez 64 autres abonnés