greensleeves to a ground

Mois : juin, 2011

Collection : Norwich Rowing Club Blazer.

Il y a deux semaines, je vous faisais un humble petit brief pour le dress-code de la Henley Regatta. Aujourd’hui, Mister Crew en fait de même. J’en rajoute une couche, en tout bien tout honneur, et en profite pour vous présenter une des pièces dont je suis le plus fier. Voilà un an que je possède ce blazer acheter pour environ 10 £ sur Ebay UK, frais de port compris. L’annonce indique alors un blazer des années 1960. Sauf que lorsque je décide l’amener au pressing pour enfin me résoudre à le porter, je trouve dans les poches, parmi tout un tas d’herbes séchées (?!), un carton d’invitation daté du 23 août 1955 semble-t-il. Ce qui veut dire que le blazer peut dater des 1950’s, voire même des 1940’s! Alors, paf paf, ni une ni deux, je m’équipe du « superbe » appareil photo intégré à mon téléphone, qualité exceptionnelle, de mon talent d’artiste photographe qui foire une pellicule sur deux, et je prends le blazer, posé sur un beau parquet pour être bien sûr de faire comme tous les autres bloggers et pour rattraper la médiocre qualité des images. Il sera porté dès ce week-end, après soixante ans de placard, avec un pantalon crème en lin à rayures bleu marine, des spectator shoes, chemise club collar, cravate et panama.

GSTAG now on Facebook !

Publicités

EKU dormroom’s life (1968)

Il s’en passe des choses dans une chambre universitaire. A l’époque c’est un véritable lieu de vie communautaire, un lieu de rencontre et de travail comme nous l’avons déjà vu lors d’un précédent post. Chaque étudiant personnalisait la sienne pour s’y sentir au mieux. Extraite du même album que le post concernant les couples de l’East Kentucky University, cette photo en couleur montre une réunion au sommet entre étudiants, peut-être un briefing pré-bal, sur fond de blazers, chemises et drapeau de Sudistes. Et toujours avec ces couleurs qui nous donnent une incroyable impression de proximité temporelle…

Take 8 Ivy ?

Depuis que Shiro Itoh, l’un des auteurs de Take Ivy a été pris en photo par Scott Schumann accompagné d’un étrange Take 8 Ivy, le monde des blogs est en émoi. Qu’est-ce que c’est? Quand est-ce que ça sort? Qu’est-ce qu’il y a dedans? Apparemment, c’est un nouveau livre, et là tout le monde est d’accord. Apparemment aussi, on devrait pouvoir se le procurer dès le mois prochain, du moins aux États-Unis. Apparemment encore et enfin, pas de quoi sauter au plafond d’après W. David Marx sur Ivy Style: « Ca a plus l’air destiné à être vendu aux touristes à la Coop de Harvard, qu’à plaire aux afficionados de style. » Je crois que c’est clair, et il n’a peut-être pas tort, comme le prouvent ces premiers extraits scannés par Monsieur « Classic » sur le forum allemand de Stilmagazin. On y voit essentiellement des images de la fin des années 1970 et début 1980 (en pleine période « preppy à canards ») et quelques photos des années 1960, déjà parues dans le premier Take Ivy. A suivre de plus ou moins près: certainement pas aussi essentiel que Take Ivy, l’original. Quant à la signification de Take 8 Ivy ou Take Ivy 8, je n’en sais absolument rien! Vous êtes bien avancés hein ?!

GSTAG now on Facebook !

Design Centre Publications (1966-1967).

Il est vrai que plus ce blog avance, plus vous comprendrez que l’Ivy Look est bien plus qu’un style. Il regroupe à lui seul un ensemble de comportements sociaux, d’attitudes, de styles de vie nés à la fin des années 1950 et qui continuent d’influencer les sociétés actuelles. C’est pour cela que beaucoup sont nostalgiques de cette époque, puisque nous sommes tous des enfants des années 1960 et pas seulement américaines. C’est peut-être aussi la dernière décennie de l’Histoire où l’on cherchait à regarder loin dans le futur pour créer et non pas dans le passé comme aujourd’hui, que ce soit dans les vêtements, dans l’industrie où encore le design. Et c’est de ce dernier dont il va être question aujourd’hui, et plus précisément en Angleterre. Dans les années 1960, le Design Centre Publications a précédé Taschen en créant une collection de livres accessibles classés par thèmes, pièces ou encore par catégorie de produits. C’est sur le Flickr de Matthew, auteur de The Brownwindsor Papers, que j’ai trouvé ces scans de covers de ces fameux livres parus dès le milieu de années 1960. Les cinq suivants donnent un aperçu concret de l’univers quotidien dans lequel pouvait évoluer un Mod s’habillant chez John Simons et cherchant l’inspiration dans le tout fraîchement paru Take Ivy. On enfile ses slippers et on commence la visite!

GSTAG now on Facebook !

Romantisme à l’Eastern Kentucky University (1963-1964).

Ce n’est pas très souvent que l’on peut voir de la couleur sur ce blog. Même le thème est en noir et blanc! Alors, on va remédier à cela en ajoutant un petit peu de mon côté « fleur bleue ». Voici, en effet, une sélection de mes photos de couples préférées extraites des archives Flickr de l’EKU. Je ne sais pas si c’est le soleil qui veut ça, mais j’ai envie de voir des couples partager des tulipes en penny loafers, de les voir échanger sur leurs cours de droit sur une pelouse parfaite, de les voir faire un duo de guitare pour leurs amis sur la terrasse du… Hey oh! Vous pourriez m’arrêter, on dirait un blog de gonzesse (certainement des restes de l’interview que j’ai donnée pour Conleys, un blog/magazine/catalogue allemand surtout féminin, et qui paraîtra bientôt). L’info est placée, je vous laisse désormais savourer ces quelques tendres moments comme Cupidon n’en fait plus.

Ces deux "Freshmen" portent chacun leur Beanie, petite casquette sans visière issue des Beanies de Baseball. Dans les années 1950, Lehigh University est la première à faire porter cet accessoire dans la première semaine de ses nouveaux élèves.

N’oubliez pas que vous pouvez retrouver GSTAG sur Facebook !

Shopping pour la Henley Regatta.

Du 29 juin au 3 juillet prochains aura lieu la mythique Henley Royal Regatta à Henley-on-Thames, UK. Elle attire chaque année des milliers de spectateurs venus voir s’affronter les meilleurs crews d’aviron du monde dans un cadre splendide. Ceux qui souhaiteraient y assister n’ont donc plus qu’à réserver leur dernier week-end de juin et à sortir leur plus belle tenue comprenant Rowing ou Boating Blazer, cravate et casquette de collège assorties, tous disponibles chez le spécialiste du genre: Walters of Oxford (désolé par avance pour la piètre qualité des images). Mais attention, l’Angleterre c’est l’Angleterre, la Reine c’est la Reine, et le dress-code est un peu moins souple que celui qui vous permettra d’entrer au Baron…

N’oubliez pas que vous pouvez retrouver GSTAG sur Facebook !

Leçon de simplicité.

Parmi les incroyables photos postées par Heavy Tweed Jacket, confrère blogger qui est clairement l’un des sites les plus complets sur le style universitaire des années 1960 à 1980, il y en a une qui m’a toujours marquée et qui est l’une de mes favorites, tous styles, époques et sources confondus. Elle avait déjà était postée sur HTJ l’année dernière et il la reposte cette année dans une superbe sélection de photos accompagnant une liste de shows du groupe Grateful Dead, entre 1977 et 1979. Datée de 1979, cett photo est extraite d’un Men’s Club d’époque (l’un des nombreux de la collection de HTJ), et nous donne une leçon de simplicité et d’attitude héritée de l’Ivy Look des 1960’s. Tout ce qu’on imagine du preppy aujourd’hui, ce sont des couleurs flashy (rose, jaune poussin, vert pomme, bleu turquoise, etc.), des chaussures bateau, du madras partout et des canards brodés sur un pantalon (je tombe volontairement dans le cliché pour desservir mes propos). C’est vrai, mais on ne portait pas ça tous les jours. Tous les jours, c’est comme ces deux petits mecs en chino, Tretorn, oxford shirt pour l’un et polo Lacoste, short en cotton et Converse pour l’autre. Bien sûr, le stylo dans la poche et la chevalière de celui de gauche sont des détails qui ont leur rôle, mais il ne faut jamais oublier que le style preppy est avant tout hérité d’un look né dans les années 1960 qui prônait décontraction et simplicité. Ce que ces deux bonshommes démontrent à la perfection.

N’oubliez pas que vous pouvez retrouver GSTAG sur Facebook !

Jeu, style et match.

A l’occasion du tournoi de Roland Garros et de sa prochaine finale, comme lors d’un précédent post sur la naissance des légendes du tennis, GSTAG a fouillé dans ses archives pour vous concocter un petit pot-pourri de styles que l’on n’a plus tellement l’habitude de voir (si ce n’est à Wimbledon, lorsque Federer enfile son blazer blanc ou son cardigan crème et sa tenue toute blanche). Le bermuda et les polos bariolés n’ont pas toujours été de rigueur, et à l’instar du parcours de golf ou du terrain de cricket, le court de tennis a été une source d’inspiration pour le sportswear du XXe siècle. Il reste, aujourd’hui encore avec des joeurs comme Federer et Djokovic, le plus élégant et le plus passionnant des sports à regarder. Ces quelques photos, classées chronologiquement des années 1910 à 1950, en sont de parfaits témoins, le tennisman passant des chemises amples à manches retroussées au t-shirt, des chaussures en cuir noir aux Jack Purcell usées.

N’oubliez pas que vous pouvez retrouver GSTAG sur Facebook !