Cannes avant « Cannes »: la French Riviera des 1920’s aux 1960’s.

par greensleevestoaground

Bon, j’imagine que vous le savez: on est en plein festival de Cannes, festival de film qui a lieu depuis 1946 dans la ville toute naze de Cannes. J’imagine aussi que vous le savez parce que vous suivez Denisot et son équipe de branleurs qui sert d’inspiration et de modèle à 80% des 18-35 ans français. Ou peut-être parce que vous attendez impatiemment la sortie de tous ces films français qui racontent la vie sexuelle de vos voisins, vue par le trou de la serrure des chiottes pour avoir un semblant de créativité, avec toujours au moins un meutre ou un suicide à la clé. Faut pas s’étonner après que Montebourg soit ministre, Anne Roumanoff humoriste préférée des Français et que Renault vende encore des bagnoles. Ouais pardon, je suis énervé! Mais c’est qu’en voyant les cinq vidéos qui suivent, je me suis dit qu’il était clairement temps que je prenne des vacances. La Côte d’Azur! La nôtre! Celle qui est à gerber en plein été parce que trop bondée, mais tellement merveilleuse un mois de septembre encore beau et chaud, lorsque les gamins vous ont foutu la paix pour retourner sur les bancs de l’école et leurs parents, sur les bancs de l’ANPE. Les Américains l’appellent la French Riviera et en raffolent dès les années 20, mais ce sont les anglais et leurs plus illustres représentants qui y installent leurs quartiers de vacances fin XIXe: j’ai nommé la Famille Royale, la Reine Victoria et Edouard VII. Les Rothschild plus tard, puis avant les années 50, Picasso, Matisse et autres artistes à la recherche d’inspiration et de repos. Avec les vols en partance des États-Unis pour Paris puis Nice, avec l’arrivée des congès payés, avec la fin de la guerre, cette côte qui s’étend de Cassis à la frontière italienne devient le lieu incontournable du français moyen et des riches étrangers du monde entier. Promise à la beaufitude dès les années 90 autant que Lana Del Rey à une courte carrière, la French Riviera n’en reste pas moins l’une des côtes les plus belles et les plus riches culturellement du monde. Le Festival de Cannes est un des passages obligés bien sûr, mais la prochaine fois que vous descendez dans le Midi, allez donc plutôt faire un tour dans l’intérieur des terres, là où les vrais trésors se cachent. Comme à St-Paul-de-Vence par exemple, où Chagall, Montand, Ventura, Loren et Signoret jouaient à la pétanque. Retournons un peu en arrière désormais pour retrouver tout ce charme et ce style d’antan, en passant en revue ces quelques films promotionnels de voyagistes, des années 1920 aux années 1960. Et je finis par une belle chute à la con: la Palme d’Or cette année, je la remets à ce coin de paradis qui a tant à nous raconter.

GSTAG now on Facebook !