Le Princeton des Roaring Twenties.

par greensleevestoaground

C’est vrai que je vous fais attendre désespérément de nouveaux articles. Tout est de ma faute: je vous ai trop gaté et trop vite, et avez pris de mauvaises habitudes. Alors pour me rattraper et éviter de perdre mes 7 millions de lecteurs quotidien (c’est 17 de moins que le blog de Nick Wooster), je vous laisse profiter de ces photos en plus ou moins bonne qualité, qui vont vous laisser découvrir une période de Princeton dont on a du mal à se faire idée, puisque tout le monde se concentre actuellement sur les années 50 à 80: je parle bien entendu de mes Roaring Twenties adorées. Entre garden parties, sport, lifestyle et traditions complètement connes, ces rares images, que j’ai grâcieusement piquées dans les Princeton University Archives, à mes risques et périls, sont un précieux témoignage d’une époque qui fascine par sa décadence et sa folie. D’où les « Années Folles », pas con les mecs!

Le club de presse de Princeton en 1925. Avec le superviseur, Christian Gauss (le vieux chauve en bas à gauche).

En 1922, le match de baseball contre Penn State est l'évènement à ne pas manquer. On fait la queue pour acheter les tickets, comme à la Fnac pour un concert à chier des BB Brunes.

Le "Mourners Row", littéralement "Le Rang des Pleureuses". Les étudiants qui ont fait des conneries se retrouvaient dans cette salle avant de voir le doyen.

On ne sait pas à quoi est dûe cette tradition de porter ses vêtements sens dessus-dessous. En tout cas, 1920's ou pas, t'as l'air d'un idiot. Si quelqu'un sait, faites le savoir.

Le Cottage Bus, avec trois étudiants de la promo de 1922.

Les membres du club de presse de Princeton, année scolaire 1921-1922.

Entraînement de tir en 1922. La description originale de la photo dit: "Le tir est le seul sport qui peut se pratiquer confortablement allongé".

1922. Les freshmen s'entraînent pour leur Spring Party. On ne sait pas vraiment à quoi, mais à coup sûr, leur attitude n'est pas très masculine.

Chacun sa petite gonzesse, les membres du Charter Club de Princeton vont bien s'amuser ce soir.

1927, entraînement avec Spider Kelly qui fut l'un des grands boxeurs sortis de Princeton.

Le Cane Spree de 1928, ou plus clairement, les affrontements entre les premières années (freshmen) et les deuxièmes années (sophomores), est une tradition ancestrale de l'université, qui a toujours cours d'ailleurs.

Évidemment, avant de se foutre sur la tronche dans les parcs de l'université, on s'entraîne pour le Cane Spree. Ici, en 1930.

1928. Entraînement de Cheerleaders. Il faut bien vous dire que pendant très longtemps, les Cheerleaders étaient aussi des hommes, et pas seulement des majorettes sur-bonnes en micro tutu. Ben ouais, vous auriez fait comment à l'époque où les écoles n'étaient pas mixtes?

Les House Parties étaient monnaie courante sur les campus universitaires vu que, souvent isolés, il n'y avait ni club, ni bar dans les environs. Ici, pendant l'hiver 1928.

1928. Chaque mois de juin a lieu la High-Hat Parade (la parade des hauts de forme) pour les sophomores (les deuxièmes années. C'est chiant de tout traduire putain!). Notez un peu les spectator shoes des deux du milieu.

1928. Le Poler's Recess est particulièrement intéressant: toutes les nuits de la période des exams de fin d'année, à partir de 21h00, les étudiants en révision ont le droit à une cacophonie générale. Tirs de pistolet , pétards, percussions, etc. Ca parait complètement débile comme ça, mais dans la rigueur princetonienne des années 20, cela devait faire le plus grand bien.

1929. Les freshmen organisent une fête avec leurs hôtes dans le jardin de la Prospect House (cherchez quelques images, son architecture par John Notman est magnifique et typique de l'influence de l'Italie dans les bâtiments de la côte-ouest américaine de la fin du XIXe siècle).

GSTAG now on Facebook !