Hollywood et l’Ivy Look: enfin un livre!

par greensleevestoaground

Ce n’est pas faute d’en parler ici: les acteurs d’Hollywood sont avec les jazzmen des 1960’s les rois de l’Ivy Look. Ce sont eux du moins qui l’ont exporté dans le monde entier, et surtout en Europe à travers des films tels que Bullitt, The Graduate, Psycho ou encore Barefoot in the Park. Eh bien sachez que désormais, ce que vous trouviez sur GSTAG concernant Steve McQueen, Paul Newman ou encore Dustin Hoffman, vous allez le trouver rangé dans votre bibliothèque ou vos chiottes. L’auteur, vous le connaissez bien puisque c’est Graham Marsh, et si vous ne voyez pas du tout de qui je parle, vous devriez rapidement lire cette interview. Cet homme a déjà sorti une petite perle de poche « The Ivy Look: An Illustrated Pocket Guide » qui mettait en lien le jazz, le cinéma, l’art et le style qui nous intéresse ici. Alors oui, c’est vrai, ce livre j’aurais aimé l’écrire, mais Mr Marsh et son compère J.P.Gaul ont réalisé avec leur éditeur Tony Nourmand un petit tour de force en nous livrant des images rares de nos acteurs préférés de 1955 à 1965. Pas de crête et de costume satiné à la Beckham, pas de blazer slims à mort qui vous arrive au milieu du dos à la B.B. Brunes et pas non plus de tête à claque à barbe de trois jours à la Romain Duris. On se contentera de s’émerveiller avec du Coburn en Seersucker, du Newman en sack suit et cravate fine, du Redford en chemise OCBD et cravate club ou encore du Eastwood en polo Lacoste (qui aura bientôt droit à son propre post). Vous ne savez pas qui c’est James Coburn? Pour 5€, vous aurez un de ces films en DVD. Pour 10€, vous aurez du Mélanie Laurent au cinéma, à vous de choisir. Au-delà de ça, je ne puis plus rien pour vous. C’est simple, c’est propre et par-dessus tout, ça fait revivre des légendes parfois oubliées du cinéma que l’on a l’habitude de voir dans des costumes de westerns ou de soldats américains de la Seconde Guerre. Mesdemoiselles, arrêtez dès maintenant de glâner les rayons de la FNAC pour offrir une énième version des 100 plus belles maisons d’architectes à votre papa ou la rétrospective David La Chapelle à votre mec et rendez-vous le 15 novembre sur le site de Reel Art Press pour vous procurer un exemplaire. À 35 pounds, c’est un cadeau de radin qui fera plaisir à coup sûr. En attendant, voici quelques images que l’éditeur m’a fait parvenir.

Couverture attendue, mais photo rare, donc on se réjouit quand même.

Paul Newman vers 1957, très en avance sur le futur Ivy Look. Notez bien le rebord de poche cuir sur la veste en velours côtelé. (© mptvimages.com)

James Coburn, un acteur que l'on a rarement vu dans sa vie de tous les jours. Et pourtant, lui aussi claquait un seersucker qui, en 1967, n'a rien à envier au style de son pote Steve. (© 1978 David Sutton / mptvimages.com)

Clint Eastwood sans son pancho, son jean et ses santiags, c'est plutôt rare dans les 1960's. Monsieur était pourtant un adepte du polo IZOD Lacoste. (Photo by Hulton Archive/Getty Images)

Le Wes Anderson de l'époque. Woody Allen en 1963, c'est l'archétype même de l'Ivy Look, avec ce petit détail de la cravate rentrée dans le pantalon plutôt que trop longue qui, encore aujourd'hui, fait des émules. (Photo by CBS Photo Archive/Getty Images)

Quel enfoiré celui-là: toujours parfait dans ses rôles, beau gosse et exemplaire en terme d'habillement. Robert Redford dans l'une des plus belles images et l'un des plus beaux outfits du livre. (All rights reserved)

Un grand merci à Tony et Alison de Reel Art Press pour les photos exclusives.

GSTAG now on Facebook !