Gemini V (1965).

par greensleevestoaground

Il y a 46 ans, le 21 août 1965, le lieutenant Gordon Cooper Jr. et Charles Conrad Jr. embarquaient dans leur minuscule capsule Gemini V au sommet de la fusée Titan II pour réaliser ce qui sera à l’époque le plus long vol spatial. « 8 jours dans une poubelle », dira Conrad qui avait toujours la petite phrase taquine à la bouche. La capsule faisait en effet la taille de l’habitacle avant d’une Volkswagen Coccinelle; autant vous dire qu’il valait mieux être entraîné à la claustrophobie. Cette mission, en plein boum de la conquête spatiale (lancée en 1958 avec le programme Mercury) et consécutive aux missions Mercury, avait pour but de préparer les prochaines missions Apollo, direction la Lune et son sol gris et apocalyptique – bien que Gemini V soit simplement resté en orbite à 350 km d’altitude au-dessus de la Terre. Entre 1965 et 1966, pas moins de dix vols spatiaux habités porteront le nom de Gemini. Pour en revenir à Apollo, sachez que Conrad aura la chance de fouler la roche lunaire avec Apollo 12 en novembre 1969 et que le pilote commandant de l’équipage de réserve de Gemini V n’est autre qu’un certain Neil Armstrong (premier homme sur la Lune pour ceux qui débarquent). Alors pourquoi ce post? D’une part pour les photos, qui, que l’on aime l’espace ou pas, restent splendides, témoignage d’une des plus belles avancées de notre espèce. Pour les Omega Speedmaster aussi, dont chaque membre de la mission est équipé. Et d’autre part, parce que tout cela se passe la même année où l’on shoote Take Ivy dans les universités de l’Ivy League. Les étudiants de l’époque sont baignés dans cette culture de la course vers l’espace, et ceux de Princeton, dont Conrad est sorti avec un diplôme d’ingénieur en 1949, ont certainement suivi cette mission avec grand intérêt. Tout cela pour vous dire qu’il n’y a pas que le style qui est excitant dans les 1960’s: la conquête spatiale, les révolutions sociales, l’évolution culturelle… Vu de notre fierté du XXIe siècle, on a presque l’impression qu’ils étaient clairement en avance sur notre époque dans quelques domaines. Du coup, je me permets un petit constat, un peu triste pour l’évolution de la conquête spatiale: cela fait 40 ans qu’un homme s’est éloigné de la Terre au-delà de quelques kilomètres, et Eugene Cernan est le dernier homme à avoir posé le pied sur la Lune avec la mission Apollo 17. C’était en 1972…

Charles Conrad et Gordon Cooper prennent du bon temps après leur dur entraînement quotidien pour la mission Gemini V.

Charles "Pete" Conrad effectue à 35 ans et avec Gemini V son premier vol spatial, après avoir été formé dans l'US Navy et 16 ans après être sorti de Princeton avec un diplôme d'ingénieur en aéronautique.

Le lieutenant Gordon Cooper a déjà participé au programme Mercury 9 en 1963 lorsqu'il s'embarque une deuxième fois pour l'espace. Bien qu'ingénieur en aéronautique, il fut aussi pilote pour l'armée américaine à Landstuhl en Allemagne entre 1949 et 1950, avant d'entrer dans le "vivier à astronautes" que fut la base Edwads. En tant que pilote-test, il a pris les commandes de tous les objets volants existants. Gemini V a été sa dernière sortie de l'atmosphère terrestre. Il se retirera de la NASA en 1970 avec le grade de Colonel et 222 heures de vol dans l'espace à son actif.

Après des mois d'entraînement, Charles et Gordon s'entendaient comme cul et chemise, même si Conrad jouait souvent de son humour grinçant. Ici, sur le pas de tir de Cap Canaveral, quelques minutes avant leur décollage.

On comprend ce que voulait dire Conrad avec la phrase "Eight days in a garbage can". La capsule Gemini V est une vraie boîte de conserve.

Les deux astronautes dans leur cockpit. C'est parti pour 7 jours et 22 heures d'orbite à 350 km au-dessus de nos têtes.

Cap Canaveral, 21 août 1965, 9h du matin. Les 3605 kg de Titan II quittent la Terre sans problème, avec deux hommes à son bord. C'est le 19e vol habité de l'histoire de l'humanité.

Conrad "on board". Après cette mission, il aura la chance de participer à Gemini 11 puis Apollo 12 qui l'amènera sur la Lune. Pour sa dernière mission Skylab 2 en 1973, il s'envolera vers Skylab, la première station spatiale américaine.

Le fameux centre de commande de Houston lors de la mission. Chaque vol dans l'espace est une dose de stress extrême pour ceux qui travaillent ici, responsables de vies humaines et de beaucoup d'argent. Avec Gemini V, pas de souci à se faire, tout se passera très bien, enfin presque...

Cap Canaveral vu de Gemini V. La capsule avait beau être minuscule, beaucoup paieraient très cher pour voir ça une fois dans leur vie. Moi y compris.

Gemini V est en 1965 le plus long vol habité dans l'espace jamais effectué. En 120 orbites, les deux astronautes auront le temps d'effectuer de très nombreux clichés, dont cette magnifique vue de l'Afghanistan.

Le retour sur Terre se fait, comme toujours, dans l'eau. C'est là que le seul incident de la mission arrive. Un programmeur ayant entré 360° au lieu de 360,98° en 24h (rotation terrestre) dans l'ordinateur, la capsule amerri à 130 km du point prévu. Les deux astronautes sont sains et saufs dans leur mignon Zodiac jaune.

Les deux astronautes, ici avec leurs lunettes American Optics sur l'USS Lake Champlain qui les a récupérés, connaissent de belles heures de gloire avec Gemini V. En effet, Cooper est le premier homme à être allé deux fois dans l'espace. Pour Conrad, c'est juste le début de l'aventure avant d'aller fouler le sol lunaire, 4 ans plus tard. Comme si un voyage dans l'espace n'était pas assez dangereux, Charles "Pete" Conrad décèdera dans un accident de moto en 1999. Gordon Cooper est décédé en 2004, atteint par la maladie de Parkinson. Les deux auront reçu pendant toute leur vie de nombreux hommages pour cette mission de préparation pour Apollo 11.

Pour tous ceux qui sont intéressés par la conquête spatiale, je vous conseille un film et un documentaire:

L’Étoffe des Héros (The Right Stuff) de Philip Kaufman suit l’histoire de l’aérospatiale américaine d’après-guerre, du franchissement du mur du son aux premiers vols habités dans l’espace (Mercury). Notre héros du jour, Gordon Cooper y est joué par Dennis Quaid, au milieu d’un casting de folie. Le meilleur « film de pilotes », bien loin devant Top Gun.

For All Mankind est LE documentaire de la conquête spatiale. Réalisé par Al Reinert à partir de 1900 km de film et 80 heures d’interviews de la NASA, il fait revivre en 1h20 la mission qui enverra l’Homme sur la Lune: Apollo 11. Les images sont époustouflantes et l’émotion est clairement accentuée par la superbe musique de Brian Eno (Apollo: Atmospheres & Soundtracks).

 GSTAG now on Facebook !

Advertisements