Gant Rugger: New Haven Math Club.

par greensleevestoaground

Cela fait quelques saisons que Christopher Bastin, designer suédois inspiré de la section Rugger chez Gant, nous fait revivre une partie de l’histoire de la marque avec un talent incontestable. Pour l’automne/hiver prochains, il a puisé dans des archives résolument Ivy, et pour cause, ce sont les archives d’un Math Club de Yale du milieu des années 1960. Encore une fois, il joue le jeu à fond en proposant une belle vidéo, drôle et instructive, réalisée par Joachim Baan, ainsi qu’un joli shoot photo dans une bibliothèque somptueuse paru dans le Journal de Nîmes n°7. Entre la Golf jacket, les Converse Jack Purcell usées, du knitwear, un costume deux pièces en laine, et un superbe All-Cricket sweater que je me vois déjà porter, l’esprit de la marque est bien là, et celui de Bastin, collectionneur d’archives, aussi. Marques qui créez votre collection, inspirée ou non d’une période révolue, n’oubliez jamais qu’elle doit toujours raconter une histoire. Et Rugger le fait à merveille. Finalement, je crois que je n’ai qu’une seule phrase à la bouche lorsque je vois son travail: bon boulot!

Dans les photos de Joachim Baan, également réalisateur du film, l'ambiance "High-School Library" des 1960's est somptueuse. On s'y croirait.

Le fameux All-Cricket sweater, entre pull tennis et pull cricket: "That's also taken straight out of one of the pictures I saw, where one of the guys was wearing this kind of classic tennis knit under a really dressed-up sports jacket.", dixit Christopher Bastin dans une interview pour GQ.

Une golf jacket comme on pouvait en trouver sur les étudiants américains des années 1960. On retrouve ici toute la simplicité qui caractérise l'Ivy Look.

Un llok un peu plus Mods avec ce costume en laine bleu marine, une base essentielle, même si l'on peut reprocher une coupe un peu trop "suédoise", trop courte et trop étroite donc, au blazer.

Bastin a récemment donné une interview pour GQ expliquant plus en détail l’élaboration de sa collection, dont sont extraites certaines images présentées ici.

N’oubliez pas que vous pouvez retrouver GSTAG sur Facebook !