Tables #2: Le Pré Salé, Bruxelles.

par greensleevestoaground

Voilà deux mois que j’ai effectué mon dernier aller-retour à Bruxelles et enfin l’opportunité de vous parler de ce petit restaurant du quartier Sainte-Catherine. Sachez qu’en quatre excursions à Bruxelles (professionnelles), je n’ai jamais vu le soleil. Les nuages et la pluie m’ont donc gentiment accompagné cette fois-ci, et pas qu’un peu puisque le pays a été victime de nombreuses inondations ce jour-là.

Une image d'archive de la Rue de Flandre, où se situe Le Pré Salé.

Alors, croyez-moi, lorsque l’on a passé une matinée dehors, on est heureux de tomber sur cette ancienne friterie située Rue de Flandres, où la buée envahissant les vitres annonce une ambiance très chaleureuse. Trop chaleureuse? Pas si l’on est en groupe (pensez à réserver si c’est le cas), mais sûrement si vous êtes en rendez-vous romantique. Pour ma part, j’étais seul, mais la chaleur humaine locale me l’a vite fait oublier. Grandes tables, carrelage blanc du sol au plafond, cuisine ouverte derrière le bar surmonté lui-même d’un beau vitrail du XIXe siècle, et niveau sonore d’une salle de paris hippiques. Les locaux aiment se retrouver là, mêlés à quelques touristes pour déguster le typique moules-frites qui, d’après mes voisins, est l’un des meilleurs de la ville. Très bon enfant. Toutes les tables ont leurs cocottes remplies de moules, pas de chichi, on mange ici avec les doigts, en costume ou en casual. Avec mon éternelle passion pour le contre-pied, je me décide à choisir le non moins typique stoemp/saucisse dans une carte au choix vaste et qui met rapidement en appétit (carbonades, anguilles, râble de lapin…). Le stoemp est une purée de pommes de terre mélangée à un autre légume. Au Pré Salé, il se fait avec du poireau. Un verre de Médoc un peu jeune pour accompagner ce court et simple repas comme on les aime et c’est parti. Service rapide, j’ai vu mon stoemp sortir de la casserole en cuisine, et le plat arrive aussitôt sur la table. La saucisse est très bien cuite, avec ce qu’il faut de gras et le goût du porc légèrement grillé est là. J’en trempe un bout dans ce fameux stoemp, et oui, c’est fameux! Surprenant même, car la première bouchée peut paraître extrêmement fade. Finalement, bien que mixés, poireau et pomme de terre sont bien distincts. Pendant ce temps, une petite fille et sa grand-mère se sont installés près de ma table: ce sera moules-frites « une fois! » pour la demoiselle à peine âgée de cinq ans, toute une éducation! Pour terminer sur une note sucrée, je tente la crême brûlée maison. Encore simple mais encore une réussite: la crême est fraîche, délicate et fondante. Vous savez, celle que l’on aime faire aller et revenir avec la langue sur son palais… Note sucrée, mais addition un tout petit peu salée pour ce que j’ai mangé. Peu importe, la simplicité dans les assiettes reflète là tout un peuple accueillant et gentil. Bien plus accueillant que la météo d’ailleurs. Allez-y sans hésiter, même si ce n’est que pour vous mettre à l’abri! Pour ma part, j’y retournerai essayer les moules-frites, « n’est-ce pas? ».

Le Pré Salé. Rue de Flandre 20, 1000 Bruxelles Tél: +32(0)2 513 65 45