Wishes.

par greensleevestoaground

Par cette jolie photo/carte de voeux allemande pour l’année 1913 (signée « Robert »), je tiens à vous souhaiter une très bonne année et tous mes voeux de bonheur et de réussite pour 2011.

Pour GSTAG, cette année se doit d’être à la hauteur de la précédente, mais quelques résolutions s’imposeront peut-être: plus de posts, plus de diversité et peut-être même plus d’anglais. Comme toutes les résolutions, certaines seront tenues, d’autres non. Tout dépendra de mes progrès en Anglais! En février, le blog fêtera son premier anniversaire -eh oui seulement-, et à cette occasion, il se pourrait bien que GSTAG veuille rencontrer ses lecteurs autour d’une bonne bouffe ou d’un petit verre dans un bistrot parisien. Si cela vous intéresse, faites-le moi savoir.

Quoiqu’il en soit, soyez certains que GSTAG gardera sa ligne de conduite, à savoir l’authenticité et la qualité plutôt que la profusion d’articles ou le suivi des tendances. Jamais, pour des raisons commerciales ou de nombres de visiteurs je ne vous parlerai de ce que je n’aime pas, de marques dans lesquelles je ne me reconnais pas ou de choses « à la mode » pour le simple fait qu’elles sont « à la mode ». Non merci. C’est peut-être une réaction très égocentrique, mais ce blog a été créé pour transmettre une passion qu’il ne s’agit en aucun cas d’imposer à qui que ce soit. Libre à l’internaute de me lire ou pas.

Grâce à vos commentaires, j’ai pu constater que le créneau du style « trad américain » n’avait quasiment aucune référence blog en France. Et même si je ne souhaite pas en faire une lubie, force est de constater qu’il y a un intérêt pour ce style en France et que GSTAG a un rôle à y jouer. D’ailleurs, peut-être que certaines marques françaises utilisant le terme « Ivy look » à tort et à travers pourraient lire mon blog plus régulièrement afin de ne pas nous livrer de collections plus proches de l’opportunisme commercial que de l’authenticité (pour ne pas citer Kitsuné). Je ne dis pas que le métier de « styliste » est facile, loin de là, mais toute nouvelle collection doit faire l’objet de recherches historiques, de recherches de matières avant de s’attribuer quelque nom ou inspiration que ce soit. Regardez le travail de Mister Freedom, de Buzz Rickson et même de Ralph Lauren. Ce sont des créateurs, des créatifs, et pourtant chacune de leurs pièces est chargée d’histoire, a un sens pratique et/ou technique. C’est une manière de faire vivre le vêtement avant même qu’il ne soit porté et ce n’est pas pour rien si les marques traditionnelles comme L.L. Bean ou Woolrich aux US, ou Sebago et Aigle en France reviennent fort sur le devant de la scène. Aujourd’hui, même chez les jeunes générations, on veut acheter des vêtements pour les mettre dans 30 ans encore. Et c’est ce qui donne naissance à un melting-pot de styles, de genres et de cultures qui mêlent tous les âges, auquel chacun de celui qui les arbore pourra se référer en fouillant un peu dans les archives historiques disponibles sur le web: le workwear, l’Ivy look, l’outdoor, la chasse, etc. Quoi de plus passionnant en effet que de raconter l’histoire de ce que l’on a enfilé sans réfléchir le matin?

Alors quelque soit votre « style », continuez de me laisser des commentaires, continuez de me lire, continuez de me contredire, de compléter mes articles, de me poser des questions auxquelles je tente de répondre le plus souvent possible et GSTAG fera son bonhomme de chemin.

Et comme le web est désormais le meilleur moyen de se faire connaître, sachez que je suis à la recherche d’un job dans la pub, le journalisme, le style, la musique et pourquoi pas la bouffe. Toutes les propositions seront les bienvenues.

Merci à tous et Bonne Année 2011!