Le sweatshirt

par greensleevestoaground

Sweatshirt, ou sweat : ces mots nous ramènent quelque peu vers notre enfance. On en a tous porté un. A la fois solide, épais, simple et passe-partout. Ce sont d’ailleurs ces caractéristiques qui en ont fait un accessoire sportswear et/ou casual indispensable. Après le pantalon chino, voici la brève histoire d’un autre basique indémodable, et des marques qui l’ont inventé.

Knute Rockne, joueur de l'équipe de football US de Notre-Dame à la fin des années 1920.

Impossible de dire qui de Russell Athletic (née Russell Manufacturing Company) ou de Champion (née Knickerbocker Knitting Company) a inventé le sweatshirt. Ce vêtement part, comme souvent, d’un besoin simple : garder les sportifs au chaud avant ou après leur effort. Créée en 1902 par Benjamin Russell, Russell Athletic s’installe en Alabama. Il commence avec 8 machines à tricoter et 10 machines à coudre qui produisent au début des sous-vêtements pour femmes et enfants. Très vite l’entreprise devient une véritable affaire et toute une ville est créée autour de l’usine.  Dans les années 1920, Ben Russell Junior, qui joue au football américain à l’Université d’Alabama, soutient auprès de son père à quel point il est désagréable de transpirer dans du tricot. Sur les conseils de son fils qui connaît la solidité du coton, Russell Père lance la fabrication du sweatshirt.

Une équipe de foot US dans les années 1930.

En parallèle, depuis 1919, la Knickerbocker Knitting Company fondée par deux frères, Abe et Bill Fainbloom, lance une gamme de produits destinés aux sportifs. Ils déposent un brevet pour le Reverse Weave (littéralement « tissage inversé ») qui donne à leurs sweatshirts une solidité sans pareil. A l’époque, leur gamme comprend également les premiers jerseys de football américain, les premiers sweats à capuche (portés sur les bancs de remplaçants durant les matchs), les premières mailles respirantes, etc. Ce sont eux qui auront l’idée dans les années 1930 de floquer leurs vêtements.

Sweat et chemise : détail d'une photo de Frank Habicht, devant la Bazaar Boutique à Londres.

L'art de porter le sweatshirt aux débuts des années 1960.

Difficile donc de savoir qui l’a inventé. Quoiqu’il en soit, le sweatshirt connaît ses heures de gloire lors des 1960’s sur les campus américains et anglais, porté sur une chemise de flanelle, un chino ou un jean brut courts et des penny loafers, sans oublier les légendaires chaussettes Adler blanc écru en laine. Steve McQueen, James Dean ou JFK le portent pour faire de la moto, de la voile ou traîner sur leur terrasse avec la classe qu’on leur connaît.

Steve McQueen en sweat avec un jean, et sur une moto...

... ou avec un chino, un blouson A-2 et un gant de baseball (La Grande Evasion, 1962)

Aujourd’hui, il est possible de trouver de superbes sweatshirts, tels que l’armée américaine les portait dans les années 1930 et 1940 sans avoir à passer des heures sur Ebay. Il faudra aller voir du côté des japonais, qui encore une fois ont hérité des machines américaines dans les années 1970. La marque Buzz Rickson propose un modèle « gris passé » splendide, fabriqué sur des machines des années 1920, qui reprend tous les détails des modèles de l’époque : des coutures au fameux petit « V » sous le col. Col rond, cela va de soit.

Etudiant de Brown University en 1968 (extrait de Take Ivy)